jeudi 30 juin 2011

A quand un nouvel ambassadeur en charge de l'adoption internationale?

Bon, je sais, ce n'est plus un scoop, Gwendoline l'a annoncé en avant-première il y a déjà un moment, et JVM en a parlé aussi, suite à la parution de l'info au JO: l'Ambassadeur Monchau devient Ambassadeur de France ... au Bénin. 
Belle promo, et (probablement?) bonne chose pour la représentation de la France au Bénin. Enfin, le Bénin, moi, j'y connais rien, donc je ne m'étendrai pas sur le sujet ;-)...   
En revanche, la grande question à laquelle je ne trouve pas de réponse depuis une petite quinzaine de jours est : mais qui le remplace?! En espérant, bien sûr, qu'il soit effectivement  remplacé... 

En effet, même si toute son action n' a pas trouvé grâce aux yeux de tous, moi je l'avais bien apprécié lors de son intervention aux JER à Dijon. Je l'avais trouvé pragmatique et  volontariste, lucide aussi sur ce qu'est l'AI aujourd'hui. Certes, son action pour favoriser la signature de la convention de la Haye en Haïti et au Vietnam ne plaît pas à tous, car cela signifie d'abord et avant tout la fin de l'adoption individuelle dans des pays très "porteurs". Pour moi, son action s'inscrivait dans le long terme, et du coup,  je trouve qu'il n'est pas resté suffisamment longtemps... Il a donné des lignes directrices et un cadre plus structuré à l'AFA, l'a appuyé dans ses déplacements, cela ne peut qu'améliorer les résultats, à terme, que de créer et soutenir de bonnes relations entre l'AFA et les pays d'origine. Je partage aussi le point de vue de JVM sur son action, notamment envers les COCA.
Donc je souhaite qu'il soit remplacé, parce que ce poste d'Ambassadeur-là, je l'ai trouvé très utile, structurant... ça devrait quand même générer des postulants, un tel poste, non ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Oui moi aussi je me pose des questions sur le successeur de JPM. Et en cette période pré-électorale, j'avoue être un peu inquiète. Menfin voyons le côté positif des choses. On a échappé à David Douillet !!!!!!! mdr !

    Plus sérieusement, je me demande quel sera le profil du successeur. J'avoue avoir bien aimé le profil de JPM : un diplomate parfaitement bilingue (voire trilingue avec l'espagnol ??) avec une solide expérience à l'international et une grande dispo pour les déplacements terrain, le fait qu'il n'avait pas forcément une histoire perso sur l'adoption, et sa personalité punchy et apte à la négo et aux présentations de qualité m'avait bien plue aussi.

    Bcp de choses ont évolué dans le bon sens depuis son "mandat". Souhaitons qu'il en soit de même pour son successeur.

    Quant au départ, ce n'est pas une surprise pr moi, j'en entends parler depuis pas mal de temps, et je me doutais que ce serait pour 2011.

    Moushette (qui poste en anonyme car blogger bugge ce matin).

    RépondreSupprimer
  2. Hello Moushette!
    oui, il a fait du bon boulot, mister Monchau! Un SAI structuré et bien à sa place, rien moins que ça! Et je partage ton avis sur son profil...
    Ma crainte est que ce poste ne soit plus jugé prioritaire, à quelques mois seulement de la présidentielle, et à une possible remise en cause des ambassadeurs "thématiques"... ce serait une grande erreur de ne pas le remplacer!
    Quant à Douillet, tu l'as dis, MDR ;-) !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Kakrine, Moushette, je ne partage pas entièrement votre positivité concernant Monchau. Il a certes structuré le SAI, mais il s'agit d'un service qui n'existait pas avant lui (n'oublions pas que le SAI a été créé en raison de la honte qu'ont eu nos dirigeants devant le rapport Colombani leur montrant que cette structure définie par la Convention de La Haye était inexistante en France).
    Toutefois, il a clairement et délibérément fait disparaître la démarche individuelle sans jamais chercher à remplacer ces 1000 adoptions annuelles par quoi que ce soit. Il a également joué un rôle très ambigu dans la crise haïtienne, notamment lors de l'arrivée des derniers enfants, sans jamais dévoiler aux parents qu'ils n'obtiendraient qu'une adoption simple. A Dijon, il m'a fait froid dans le dos en m'expliquant en aparté qu'il était pour la disparition pure et simple de l'AFA actuelle (là aussi sans rien proposer pour la remplacer). Résultat des courses : une diminution vertigineuse du nombre des adoptions (qui, je le rappelle, devait doubler selon les raffarinades d'il n'y a que 4 ans).

    Son départ "précipité" (originellement ce poste devait être son dernier avant sa retraite) montre que las autorités considèrent qu'il n'a pas totalement réussi sa mission.

    Son remplaçant ?
    Thierry Frayssé, conseiller des affaires étrangères hors classe, a été nommé ambassadeur chargé de l'adoption internationale, mercredi en Conseil des ministres.
    M. Frayssé a été nommé à ce poste sur proposition du ministres des Affaires étrangères Alain Juppé, indique le compte rendu écrit du Conseil des ministres.
    Allez, on est tous repartis pour un tour

    Bernardo

    RépondreSupprimer
  4. @Bernardo: merci de ce complément d'info! Pour l'adoption individuelle, je connaissais sa position, mais je n'ai en revanche pas trop suivi son rôle concernant Haïti, même si j'ai lu ici et là un certain nombre de choses.
    Mais alors supprimer l'AFA?!!! gloups!! même si elle n'est pas au top de l'efficacité, ça progresse, alors tout arrêter sans rien proposer... comme tu le dis, ça fait froid dans le dos!

    RépondreSupprimer
  5. L'absence de nouvelles propositions est ce qui est inquiétant concernant la politique de l'adoption en France :
    - réduction significative du budget versé à l'AFA (2,53 millions d'euros en 2010 versés, au lieu des 3,75 votés, cf http://www.senat.fr/rap/l10-674-2/l10-674-2296.html#toc2451 )
    - pas de nouvelles listes d'attentes selon le récent rapport d'audit AFA, alors que l'on sait pertinemment que les seules alternatives sont soit d'autres listes d'attente (dans les pays d'origine), soit des tirages au sort de dossiers.
    - pas de changement significatif dans le financement des OAA, qui plafonne à 124 444 euros (voir http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Rapportmaee2010defTC.pdf chapitre 3).
    Une remise en question plus profonde est nécessaire si l'on veut éviter une chute drastique des adoptions internationales. Et il serait bon de s'inspirer enfin de ce qui se fait de bien ailleurs en Europe.

    Bruno

    RépondreSupprimer
  6. @Bruno: merci beaucoup de ces précisions; je partage effectivement ton inquiétude sur le manque de perspectives et de décisions en la matière ...

    RépondreSupprimer