mercredi 13 juin 2012

Ce que j'ai appris sur la maternité en étant un parent adoptif

Aujourd'hui , je partage avec vous un article publié  il y a quelques semaines dans la section Parents du HuffPost US,  par Kristen, une blogeuse US, maman bio et adoptive de 4 enfants: "Ce que j'ai appris sur la maternité en étant un parent adoptif". Pas grand chose d'original, très imprégné des principes américains, mais malgré tout un certain nombre de vérités toujours bonnes à être dites!
Qu'en pensez-vous?

"Ma famille a été formée de multiples façons: mon premier enfant a été adopté à partir du système de placement familial, mes deux autres enfants suivants  sont venus "à la manière démodée" et mon dernier enfant a été adopté à près de 4 ans dans un orphelinat en Haïti. J'ai eu la chance de découvrir la beauté de l'accouchement, ainsi que la joie de rencontrer un enfant adopté pour la première fois. Chaque expérience a été tout aussi émotive et change la vie. Toutefois, l'expérience de l'adoption m'a donné une perspective unique sur la maternité, m'a appris quelques vérités nouvelles, et le renforcement de ce que je crois être vrai sur le rôle parental.

Le sang ne détermine pas une famille. Probablement la plus grande préoccupation que j'entends venant de gens qui songent à l'adoption, est de savoir si ou non ils seront capable d'aimer un enfant qui n'est pas le leur «propre». Je peux vous dire, cependant, que le moment où mon premier fils a été placé dans mes bras, il était totalement le mien. Mon amour pour mes enfants ne dépend pas de notre lien biologique. Les familles adoptives, les beaux-parents, et les familles reconstituées savent bien que les liens familiaux dépassent la biologie, et que les liens familiaux peuvent être formés de bien des manières. J'ai eu l'expérience de l'adoption d'un bébé, et aussi de l'adoption d'un enfant qui a passé ses premières années dans le cadre d'un orphelinat. Bien que j'ai toujours cru que les comportements nourriciers et d'attachement que nous avons avec les bébés sont importants, ils deviennent encore plus évidents lorsque vous observez les effets de cette absence de comportements sur un enfant. La recherche montre que le toucher, le contact visuel, et l'attention non seulement insufflent à  un enfant de l'estime de soi, mais ont également un impact sur la façon dont le cerveau et le système nerveux se développent. Quand on aime un enfant, nous avons un impact sur ​son développement de manière profonde. Quand un enfant est privé de cette nourriture-là, l'impact peut changer sa vie.

Lorsque vous effectuez une adoption transraciale, vous ne devenez pas les parents d'un enfant minoritaire. Vous devenez une famille interraciale.  Une adoption transraciale  concerne la famille entière, ce qui signifie que toute la famille doit s'adapter afin de s'assurer que l'enfant d'une autre race grandit avec un sentiment d'appartenance. Les parents adoptifs doivent ouvrir leurs yeux au racisme, au lieu d'enterrer leur tête dans le sable dans une vision mythique post-raciale du monde.
Élever un enfant d'une autre race exige de l'humilité et la volonté de chercher de l'aide.En gros, le rôle parental vis-à-vis de mes garçons n'est pas différent de la parentalité à l'égard de  mes filles. J'ai toujours les mêmes espoirs, les rêves, les peurs, les insécurités en tant que maman. . . Je suis encore largement préoccupée par des soucis au jour le jour, comme chaque maman : Comment se comportent-ils à l'école?  Sont-ils gentils et compatissants? Cependant, ce que je sais être vrai à propos d'élever les garçons noirs est qu'il sera impératif pour moi de leur enseigner que certains les regarderont avec suspicion ou avec un stéréotype en fonction de leur couleur de peau. Je déteste ça. Je déteste que ce soit vrai et je déteste devoir faire éclater leur innocence et je déteste ça, car ça peut changer leur vision du monde. Mais c'est une partie de notre rôle en tant que leurs parents, et nous ne pouvons pas le faire tout seul. Je ne partage pas cette expérience, et je dois donc faire appel d'autres personnes pour les aider à orienter dans ce domaine. C'est pourquoi il est si important pour nous que nos garçons aient de forts modèles noirs. C'est pourquoi je suis abonnée aux blogs comme The Root et My Baby Brown et  essaie continuellement d'apprendre.

La parentalité adoptive n'est pas une parentalité noble,  j'entends des gens qui perpétuent le récit que les parents adoptifs sont des sauveurs. Bien qu'il soit certainement vrai que l'adoption peut sauver un enfant d'une vie entièrement passée dans un orphelinat, les enfants adoptés ne devraient pas devoir accorder une reconnaissance particulière à leurs parents. Les parents adoptifs sont normaux et sont des gens imparfaits. Les adoptés ont les mêmes droits que les enfants biologiques d'être rancuniers, agacés, ou ingrats envers leurs parents, sans qu'il leur soit rappelé qu'ils ont été «sauvés» par leurs parents.

Quand nous avons décidé d'adopter,  quelques-uns de nos amis étaient préoccupés du fait de «ne pas savoir pas ce que nous allions obtenir". Je dirais que cela est vrai pour toute personne qui décide de devenir un parent. J'ai observé que tous les quatre de mes enfants sont nés avec des personnalités distinctes qui semblaient transcender le fait qu'ils ont chacun été élevé dans le même foyer. Ça a été une joie de voir comment la personnalité de chaque enfant se développe. Tous les parents feraient bien de donner à leurs enfants la liberté d'être qui ils sont. Cependant, je crois que le caractère est formé par les pratiques parentales. Ainsi, alors que je ne peux pas avoir beaucoup d'influence en ce qui concerne la façon dont mes enfants sont extravertis, je crois que je peux les façonner à être aimables, à avoir de la compassion, et à être confiant.

Chaque enfant mérite l'amour d'une famille. La plupart d'entre nous le savent intuitivement, mais comme parent adoptif, j'ai passé du temps dans des orphelinats et vu la différence que peut faite le fait de vivre dans une famille. Alors que c'est merveilleux qu'il existe des associations, des fondations,  qui peuvent fournir à un enfant à risque avec de la nourriture, des vêtements et un abri, je crois fermement que c'est dans le meilleur intérêt de chaque enfant d'avoir un parent aimant, dont l'objectif est de fournir l'amour et l'attention que seule une famille peut se permettre."


Sources:  HuffingtonPost-Parents,  Rageagainsttheminivan
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. Tres bel article, me permets tu de le relayer sur mon blog ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur Christelle, pas de problème !

      Supprimer
  2. j'aime pas l'utilisation du mot race...mauvaise traduction ou usage américain?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. entièrement d'accord avec vous, très choquée par ce mot!

      Supprimer
    2. Bonsoir Anne & Chris
      au vu de votre réaction, je crois que je vous dois quelques précisions. Comment ai-je traduit cet article? Je fais d'abord appel à Google, puis je reprends en entier le texte et corrige (je maîtrise pas mal l'anglais , en fait, l'américain pour être précise). En relisant ma traduction, le mot "race" m' également interpellée, terme assez inhabituel en français.
      Mais j'ai choisi de le conserver pour deux raisons: tout d'abord, c'est un terme assez courant aux USA; ensuite, le propos de l'auteure était d'alerter sur la nécessité de se préparer à faire face au racisme en adoptant un enfant d'une autre "race", donc. Elle le dénonce, elle s'en désole, mais c'est un fait, et elle le traite comme tel.
      J'aurais pu utiliser une tournure plus française, comme "d'une ethnie différente", ou "d'une autre couleur de peau", ou "un enfant différent" mais j'ai trouvé que le terme "race", plus choquant, plus inhabituel, interpellait beaucoup plus le lecteur sur les conséquences de cette différence. Plus de pudeur aurait enlevé de la force. Au risque de choquer, donc. J'en suis désolée.

      Supprimer
    3. Et une dernière précision: le terme "adoption transraciale" est très en vogue aux USA ...

      Supprimer
  3. Effectivement, rien de bien nouveau sous les tropics de la parentalité mais il est bon de se le rappeler tout le temps :)
    Bonne journée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir La Dame des Crys,
      un éclairage de ce type est toujours intéressant, même venu d'Outre Atlantique, où l'on aborde la famille un peu différemment de chez nous....
      bonne soirée

      Supprimer
  4. Bonjour Anne ! Je pense en effet que les anglophones utilisent ce terme beaucoup plus que nous le faisons...

    Bonjour Katherine ! Article très intéressant... qui devrait m'inspirer quelques dessins ! ;)

    biZEU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivement un autre de tes jolis dessins, Zeu!
      Bises

      Supprimer
  5. Joli texte dans lequel, en tant que maman adoptive moi aussi, je me reconnais plutôt bien .... Merci de relayer ce genre de message, cela change un peu des poncifs qu'on lit souvent concernant l'adoption et cela peut aider d'autres familles à s'engager sur ce chemin, qui, certes n'est pas toujours facile, mais apporte une joie immense ...C'est vrai que le mot "race" est un peu surpenant dans ce texte, mais je vois ce que cela peut signifier ici, je ne pense pas que ce soit un emploi péjoratif dans ce contexte, même si pour ma part, j'aurais choisi un autre terme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Nath,
      j'ai effectivement aimé la franchises de Kristen, elle est un peu "cash", mais elle dit les choses.
      Quant au choix de traduire "race" par race, je l'ai expliqué dans ma réponse aux commentaires d'Anne et Chris, un peu plus haut... c'est vrai que nous ne sommes pas habituées à ce terme en français, mais pour moi, il n'avait effectivement pas de caractère péjoratif dans ce texte et était relié à sa conséquence , le "racisme" ....

      Supprimer
  6. Bonjour Kakrine,

    Merci pour cet article qui tombe à point -comme souvent- ! Maman bio et depuis une semaine maman adoptive "transraciale" (Youpi !!!!!!), je me pose les mêmes questions : est-ce que mon garçon noir aura les mêmes chances, les mêmes espoirs que mes garçons blancs ? Moi aussi il va falloir que je trouve les bons mots, les bonnes attitudes devant des regards suspicieux, les bons modèles...

    Parfois l'"optimisme" à l'américaine cela fait du bien !

    Merci Kakrine

    Hélène maman sur un nuage bleu bleu bleu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hélène!
      toutes mes félicitations! Quelle heureuse nouvelle... Quel âge a ton petit garçon?
      Je suis ravie que cet article ait trouvé un écho en toi... toutes ces questions que l'on se pose, c'est agréable de les partager et de voir comment d'autres y ont répondu avant...
      Au plaisir de lire de tes nouvelles bien vite !

      Supprimer